first_imgThe origami peacock for peace is made of more than 2,000 pieces of paper. It’s three feet wide and roughly two feet tall. (Photo by Lisa Phu, KTOO – Juneau)Middle East exchange student Haytham Mohanna and the Thunder Mountain High School Art Club presented an origami peacock of peace to the Alaska State Legislature on Monday. The peacock is made of more than 2,000 pieces of folded paper.Download AudioMohanna says the peacock represents the dreams of the people of Gaza, his home country.“I hope this peacock, which symbolizes the peace, go in each mind and each heart, and really rise our mind about the wars and conflicts,” Mohanna says.Mohanna is studying at Haines High School through an exchange program funded by the U.S. State Department.He learned how to make an origami peacock from a teacher in Gaza and taught the process to Thunder Mountain art club students while he was visiting Juneau. It took the club three months to fold more than 2,000 pieces of paper. The peacock is about three feet wide and two feet tall.Art club coordinator Heather Ridgway says she didn’t immediately know where the peacock should be displayed. She wanted it to be in a place where it could inspire people.“It was like, ‘Oh, of course, we’ll take it to the capitol. They are working on major issues that require everyone to commit time and attention and do a careful job and work together and be patient, just like making this peacock. Let’s give it to the legislature,’” Ridgway says.Juneau Sen. Dennis Egan calls Mohanna an artist and says the peacock will definitely inspire visitors to the capitol and lawmakers.“I can guarantee you that people will reflect on it and hopefully bring good things and remember that, you know, we’re all trying to come in peace,” Egan says.Until a permanent place can be found for the origami peacock, it’s temporarily displayed in the House Speaker’s Chambers.last_img

admin | 3216976577@qq.com

Related Posts

first_imgCES 2012: Sennheiser présente deux nouveaux casquesSpécialiste allemand sur le marché de l’audio, Sennheiser a présenté au salon de Las Vegas, l’Amperior et le HD 700, qui viendront compléter le catalogue des casques audio de la marque, pourtant déjà bien fourni. L’Amperior, proposé tout de même à 350 dollars (276 euros), est un casque fermé avec une réponse en fréquence de 16-22000 Hz, un SPL de 120 décibels, THD inférieur à 0,3% et une impédance de 18 ohms. Le tout pèsera 190g. L’un de ses objectifs était de gagner en puissance pour des sources comme les smartphones (le constructeur livre d’ailleurs une télécommande/micro pour l’iPhone). Ce modèle sera disponible en argent ou en bleu.De l’autre côté, c’est le HD 700 qui se dévoile: un casque ouvert de 280g, mais qui paraît pourtant ultra léger. La finition est remarquable, aussi bien esthétiquement que techniquement. Avec une impédance de 150 ohms, SPL de 105 dB, THD inférieur à 0,03% et une fréquence de 15-40000 Hz, le HD 700 est un bijou signé Sennheiser accessible au prix de…999 dollars (789 euros). Un vrai bijou, on vous disait. Le 15 janvier 2012 à 12:00 • Emmanuel Perrinlast_img

first_imgUne espèce de tortue considérée comme éteinte n’a en réalité jamais existéAlors qu’on considérait que la tortue des Seychelles, Pelusios seychellensis, était une espèce disparue, on apprend qu’en réalité, celle-ci n’a tout simplement jamais existé. C’est ce que révèlent des analyses génétiques dont les résultats ont été dévoilés jeudi.Les tortues comptent parmi les vertébrés les plus menacés d’extinction. On recense aujourd’hui 320 espèces de tortues et la Pelusios seychellensis, une tortue d’eau douce, figurait depuis 2003 sur la liste des espèces éteintes. Seuls trois spécimens de cette espèce avaient été découverts dans l’océan Indien, en 1895 (ils se trouvent actuellement au Muséum d’histoire naturelle de Vienne et au Musée zoologique de Hambourg) mais aucun autre depuis.Ainsi, “on est parti du principe qu’elle avait été exterminée”, explique Uwe Fritz, directeur du Musée zoologique des Collections d’histoire naturelle Senckenberg à Dresde, en Allemagne. En réalité, des études génétiques prouvent aujourd’hui que les biologistes ont pris une tortue pour une autre. “Nous avons examiné l’ADN du spécimen conservé à Vienne et découvert que ces tortues ne constituent pas une espèce à part”, assure le Pr Fritz. Ces fameuses tortues appartiennent en effet à l’espèce Pelosius castaneus, très largement répandue en Afrique de l’Ouest et même introduite par l’homme en Guadeloupe en 1820. “En fait, pendant longtemps, les chercheurs s’étonnaient des similitudes trompeuses que ces tortues des Seychelles présentaient avec les tortues ouest-africaines. Mais avec un tel éloignement géographique, on pensait qu’il devait s’agir d’une espèce différente”, indique Uwe Fritz cité par l’AFP. D’autres animaux faussement reconnus comme espècesÀ lire aussiMaladie de Charcot : symptômes, causes, traitement, où en est on ?L’étude souligne également qu’”il y a un certain nombre d’espèces de vertébrés qui ont été décrites à tort comme étant nouvelles à partir de spécimens d’espèces déjà bien identifiées mais portant des données géographiques erronées”. Plusieurs autres cas existent dans l’histoire. En 1905, par exemple, un naturaliste avait décrit un genre et une espèce de tortue tout nouveaux, “Devisia mythodes”, à partir d’un unique spécimen soi-disant découvert en Nouvelle-Guinée. On a par la suite découvert qu’il s’agissait d’une tortue serpentine tout à fait commune en Amérique du Nord, Chelydra serpentina, qui avait simplement été mal étiquetée. Au final, la conclusion de l’étude publiée jeudi dans la revue scientifique PLoS One est sans appel : “l’espèce Pelusios seychellensis [décrite en 1966] n’a donc tout simplement jamais existé”.Le 5 avril 2013 à 15:08 • Maxime Lambertlast_img

first_imgWhile ASA is very pleased with the House’s passage of the Agricultural Act of 2014 this morning, there is little time to rest and celebrate. ASA has learned from both Chairwoman Stabenow and Ranking Member Cochran that the Senate intends to move the farm bill to the floor for a vote as quickly as possible. We have good momentum and are close to the finish line, but we aren’t there yet, and passage in the Senate is by no means a foregone conclusion.ASA has learned from both Chairwoman Stabenow and Ranking Member Cochran that the Senate intends to move the farm bill as quickly as possible. We have good momentum and are close to the finish line, but we aren’t there yet, and passage in the Senate is by no means a foregone conclusion.The Senate will vote on final passage of the farm bill on Tuesday, so constant pressure on both Senate offices in your state is needed between now and then. We need farmers and industry allies to reach out to their Senate offices and tell them how much the farm bill means to soybean farmers.ASA will keep you updated on the bill’s progress in the Senate.last_img

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *